Galerie des Engins Roulants Electriques

de l'E . R . E . !

 

dernière mise à jour le 15 octobre 2005

Issue des rêves de 1989 de Didier Marquet et François Goldenberg

Tout a commencé en terrorisant les voisins par des tours de parking en R5 "ressuscitée". C'était la vieille voiture de Pierrick Louin qui, à plus de 200 000 km, réssucitait grâce à l'aide de ce dernier et à une propulsion hydro-électrique mal dimensionnée. Le résultat était faible : 25 km/h et pas fiable, mais suffisant pour attaquer la suite ...

 

Les E . R . E . trois roues

ERE N°1 en 1991 à Paris : la première propulsion électro-hydraulique pour un véhicule urbain de 600 kg

50 km à 50 km/h, c'est faisable

Mais beaucoup d'huile perdue sur les pavés de Paris, un moteur grillé, un chargeur grillé (fumée épaisse), quand ça mouille ça chatouille les fuites électriques au chassis, les batteries sont ... tellement molles qu'il faut ramper dans les côtes ... il faut encore travailler !

L'encouragement de notre ami, le grand sculpteur Henri-Georges Vidal. Il a peint la plume sur l'aile pour nous aider à alléger les batteries ! Je le remercie pour cette "plume" symbole de la force du rêve et de la liberté des Américains natifs souvent appelés européeano-centriquement indiens.

 

 

C'est aussi l'ERE des "Ablettes", un groupe de réflexion presque aussi important que le "groupe des 10" de la pensée systémique. L'ERE est née du "changer d'ERE" de Jacques Robin, de la complexité d'Edgar Morin, de la nouvelle Alliance de Prigogine et Stengers", de la nouvelle Grille d'Henri Laborit, de la nouvelle communication de l'école de palo Alto, du nom de la Rose d'Umberto Eco, du séminaire postdoct "Synergie et cohérence dans les systèmes biologiques" à Jussieu et j'en oublie forcément comme le grand vent des plages de Dunkerke qui soufflait tel un vent de pensée libre, et il y avait l'idée qui peut paraître saugrenue du développement de la connaissance et des concepts contemporains pour sortir d'un monde de brutes qui est toujours chère à Michel Gonzales ex journaliste de France Culture qui animait l'émission "Le temps de se parler". On comprend bien que la mondialisation et la croissance basée sur le pétrole, le charbon, le commerce ou le marché comme idéologie ne sont que des péripéties de l'histoire par rapport à tout ça ;-))).

Nota : les Ablettes sont des petits poissons très sensibles à la pollution, quand ils reviennent dans une rivière, c'est bon signe.

ERE N°2 en 1995 à Paris : après beaucoup de recherches et développement,

c'est reproductible à 90 %

 

 

La "chaîne de motorisation optimiste" brevetée ERE pour propulser 1000kg à 50km/h :

En fait, le mot optimiste est une erreur de frappe du mot optimisée. C'est encore mieux comme ça.

 

La "UNE ROUE MOTRICE" : ils ont osé !

 

 

 

 

ERE N° 3 en 1996 à Amiens : transfèrable en kit à une équipe sympathique et motivée

L'équipe d'Amiens apporte son aide pour diffuser l'ERE trois roues à Amiens en créant l'association VELEC et avec la participation du REAS (réseau d'économie alternative et solidaire) national et de la région Nord-Pas de Calais

Les E . R . E . quatre roues

Grâce à Henri Quiniou et Eloi Miehe, a été mis au point au laboratoire le chassis de base ERE 4 roues en 1996/97:

 

 

Les premiers essais de la "chaise électrique" !

 

Sur ce chassis de base, la première carrosserie ERE :

ERE 4 R N°1 en fin 1997 à Paris, avec à bord le concepteur en blouse de travail

Conclusion : chassis reproductible, mais pas la carrosserie et c'est plus lourd qu'un triporteur. Le monomoteur sur un 4 roues ce n'est pas aussi bon que sur un 3 roues. Le design est très moyen.

En parallèle, Annie Lenoir a travaillée en stage de fin d'étude de l'IAV d'Orléans et nous a proposé la carrosserie N°2 d'ERE 4 roues :

Maquette ERE 4 R N°2 à l'échelle 1/5 : Un autre style sur le même chassis

La motorisation, l'électronique et le chassis sont reproductibles simplement.

Ce nouveau concept de carrosserie doit lui aussi être très... très simple à fabriquer.

... le projet 98/99 consiste à passer de la maquette à l'échelle 1

Tout aide ou sponsoring est bienvenue

 

En mars 99, on en est là :

En 2000 après un travail laborieux

Conclusions en 2001 :
- faire une carrosserie c'est beaucoup plus difficile que faire une chaîne de propulsion électrique ou un chassis,
- le véhicule restera lourd avec ses grandes surfaces en aluminium et des vitrages,
- le passage de la maquette 1/5 peu détaillée à l'échelle 1
n'est pas évident même du point de vue design,
- le prix reste trop élevé

L'attrait de l'automobile et du recyclage ne suffit pas. Se tourner résolument vers de l'ultra- léger, semble être une meilleure piste puisque l'autonomie, la vitesse et l'usage correspondent.

On se débarrasse du complexe des pentes raides qui oblige à gonfler le moteur et les batteries. Gravir des pentes à 10 %, cela suffit bien et on peut s'aider des pédaliers de secours.

Pour les véhicules de routes, les ruptures nécessaires sont plus profondes que refaire un véhicule plus léger. Voir les liens recommandés
Le kit est enfin à portée de tout bon mécanicien et donc cela rend possible la relocalisation à échelle humaine.
Voir à ce propos les concepts d'atelier solaire, d'électricité solaire et d'économie d'énergie alimentant les véhicules électriques légers

Le futur sourit à nouveau avec :

Les découvertes :

1) PLUME le projet d'ERE ultralégère
2) Les Jarrets (ou le retour vers le futur)

Retour

 

Ó PNFERE 1999, 2000, 2001